monodiète et jeûne : un Cure pour un détox et purifier le corps

Définition de la monodiète, le jeûne le détox foie, corps, naturelle à la maison l'homéopathie, traitement, guide en France, qu'est ce que l'homéopathie

Nous sommes en permanence exposés aux polluants, toxiques et autres toxines. Les évacuer avant que le fonctionnement de l’organisme n’en soit perturbé est essentiel. Certaines méthodes— parfois ancestrales – ont fait leurs preuves pour purifier l’organisme, autant en cas d’intoxication qu’en prévention.

La nourriture que nous absorbons chaque jour apporte les nutriments dont l’organisme a besoin. Mais ceux—ci sont combinés avec d’autres éléments, donc l’organisme s’attèle à faire le tri par un processus d’assimilation et d’élimination. Les nutriments sont conservés, et les substances inutiles ou nuisibles évacuées.

Pour éliminer les déchets (toxines, toxiques, polluants), certains organes sont mobilisés : la peau, les poumons, le foie et les reins. Seulement, ces organes peuvent ne pas fonctionner de manière optimale par moments, et les déchets risquent de s’accumuler. On se sent alors fatigué sans raison apparente, et un nettoyage interne s’impose.
Concoctez votre programme personnalisé en découvrant les méthodes suivantes, selon vos besoins.

LES INTESTINS, NOTRE 2eme CERVEAU

Nettoyer ses intestins est une pratique ancestrale, que l’on a même retrouvé sur une tablette sumérienne, 3 000 ans avant J.C.!
Comment procéder ?

L’irrigation du colon

Aussi appelée hydrothérapie du colon, cette technique consiste à nettoyer le gros intestin dans toute sa longueur, contrairement aux lavements classiques qui se limitent é une partie. Parallèlement, le spécialiste livre des conseils alimentaires et vous apprend à observer vos selles pour détecter toute anomalie.
Concrètement, l’irrigation du colon consiste en une injection de 80 à 100 litres d’une eau saine et à température du corps dans l’intestin, renouvelée plusieurs fois pendant 45 minutes. Les matières évacuées donnent au spécialiste des indications sur le fonctionnement intestinal du patient. Au préalable, un jeûne d’une journée est indiqué, qui se poursuivra le jour de l’hydrothérapie et le lendemain.
En prévention et par simple mesure d’hygiène, il est recommandé de pratiquer ce lavement 3 à 4 fois par an, lors des changements de saison.

La cure Xantis

Pablo Picasso et Marcel Cerdan lui vouaient un culte, et pour cause, cette cure à base de mauve, grande absinthe et sels de potassium était le secret de leur forme. En quoi ça consiste ? Cette recette de Louise et Joseph Josifoff est administrée dans la portion terminale du gros intestin, stimulant l’ampoule rectale et le sigmoïde, et évacuant les matières stagnantes é ce niveau. La muqueuse transpire, et le péristaltisme du gros intestin est réactivé. On peut procéder de deux manières différentes, en institut ou à domicile :

La cure simple compte 6 lavements sur 6 jours ou 2 lavements par semaine pendant 3 semaines. Il suffit de vous injecter vous-même le liquide et d’aller aux toilettes pour le laisser s’évacuer. Idéalement, vous devez être détendu et ne rien avoir mangé pendant 5 heures.

La cure complète dure un mois et se compose de douches rectales et de sachets diététiques quotidiens qui favorisent la digestion, tant au niveau de l’estomac et du foie (partie haute) que du transit intestinal et de la flore ( partie basse).

Ces séances permettent au côlon de se régénérer, mais pas seulement : les défenses immunitaires sont boostées, et vous vous sentez plus dynamique.

Contre-indications de la cure Xantis

Que ce soit pour la cure Xantis ou l’irrigation du colon, ces pratiques sont à éviter pendant les 3 semaines suivant une intervention chirurgicale, mais aussi en cas de troubles cardiaques, hypertension, rectocolite hémorragique, nécrose colique ou insuffisance rénale. De même pour les femmes enceintes.

LES REGIMES PURIFIANTS

Tout changement de saison, affection chronique ou choc psychologique apporte son lot de toxines à l’organisme. Une surdose dont il se passerait bien, et une raison supplémentaire de suivre une diète hautement purificatrice.

Le jeûne

Tant au niveau physique que spirituel, le jeûne est un rituel très ancien dédié à la purification. Ses bénéfices sont infinis : perte de poids, meilleur sommeil, diminution de l’inflammation, clarté d’esprit et forme à toute épreuve sont les plus flagrants. Mais le jeûne permet aussi une meilleure cicatrisation, des rides estompées, des addictions réduites (alcool, tabac, café…), et un arrêt de la progression de certains cancers. Il se pratique en 3 étapes :

1. La préparation au jeûne.

Il est recommandé de diminuer les quantités de nourriture progressivement, et surtout les aliments d’origine animale et les excitants.

2. le jeûne. Au menu:

de l’eau, jus de fruits frais, des bouillons de légumes, des tisanes. Pour le foie, on privilégie les infusions d’artichaut et de chardon ; pour les reins, ce sera fenouil et pissenlit ; du thym pour la circulation sanguine. On alterne les bienfaits, et on arrête de jeûner quand les urines sont claires et que la faim revient.

3. Le retour à une alimentation normale.

Il est conseillé de pratiquer le jeune sous surveillance médicale s’il dure plusieurs jours. Sinon, vous pouvez aussi jeuner un jour par semaine. Le jeûne tel qu’il est pratiqué pendant Ramadan est également bénéfique, à condition de manger sainement le soir et de tirer un trait sur les aliments à calories vides (qui n’apportent rien de nutritif).

La monodiète

Plus simple que le jeûne, une monodiète doit durer au maximum 3 jours. Le principe ? On ne consomme qu’un seul aliment, sans limite de quantité. En quoi est-ce bénéfique ? Un seul aliment implique un travail intense du foie pour puiser les ressources manquantes dans le corps, or c’est un organe d’élimination, tout comme les reins.
Cette dépense énergétique permet de perdre du poids.

Quels aliments privilégier pour la monodiète ?

Les fruits comme le raisin et la pomme sont plus souvent utilisés que les fraises, l’ananas ou la banane. Le riz et les carottes constituent également de bonnes options. En réalité, tout dépend de ce que l’on souhaite traiter.
Une seule règle : boire beaucoup d’eau et varier les préparations pour ne pas tomber dans la monotonie. Par exemple, les carottes peuvent se savourer crues, cuites ou en jus.

la monodiète de pomme

Contre-indications du jeûne et de la monodiète

On évite le jeûne et la monodiéte dans les cas suivants : diabète, insuffisance cardiaque, rénale ou hépatique, tuberculose, maigreur…
Et dans tous les cas, il est essential de démarrer par une phase préparatoire, et de demander conseils à votre médecin quant à la durée du protocole. Pour les personnes en surpoids, attention : lorsqu’elles sont trop répétées, ces pratiques peuvent aggraver l’effet yo-yo car l’organisme a bonne mémoire et dés la fin du jeùne ou de la monodiète, il emmagasine de la graisse pour prévenir toute disette à venir… Pour prévenir tout risque de carence, des compléments nutritionnels peuvent être prescrits.

EVACUER LES METAUX LOURDS

Notre organisme renferme des métaux lourds liés à la présence d’aluminium dans les vaccins, de mercure dans les plombages dentaires etc… les éliminer est un processus complexe mais nécessaire.

Intoxiqué oui, mais à quel point ?

Vous pouvez faire une analyse de sang, d’urines, de selles ou de cheveux pour avoir une idée de votre degré d’intoxication. Le mieux est d’en choisir deux, pour comparer les résultats car les taux peuvent varier, et certains métaux sont difficilement détectables.

L’indispensable préparation

Avant de vous lancer dans une cure, il est impératif de vous y préparer avec une bonne hygiène de Vie, un régime alimentaire de type méditerranéen et un habitat sain. Assurez-vous d’être accompagné par un médecin car une détox peut être violente : les métaux accumulés par l’organisme sont évacués par le sang, passant par le foie et les reins qui risquent d’être submergés, ce qui peut entrainer une insuffisance rénale ou hépatique très dangereuse.

Les bons remèdes

L’argile. En prévention, l’argile est excellente pour se protéger des toxiques, et notamment des métaux lourds. Il suffit d’en faire des cures d’une semaine à raison d’une cuillère à café diluée dans un grand verre d’eau, ou en gélule.

Les algues. La chlorella, la spiruline ou la laminaria japonica sont excellentes à doses modérées, pendant plusieurs mois, pour évacuer les toxiques métalliques. Mieux vaut les accompagner de draineurs et d’antioxydants.

ELIMINER LES RESIDUS DE MEDICAMENTS

Toute absorption de médicaments implique des résidus chimiques dans le corps, et en cas de traitement lourd, il est recommandé de les éliminer régulièrement. Comment?
Essentiellement en aidant le travail des reins qui, par un processus métabolique complexe, permet de drainer l’acide glucuronique. Le remède : 1 200 mg de glucuronolactone par jour pendant 2 semaines.

La solution ? L’homéopathie!

Après exposition à un toxique ou un traitement médicamenteux, Nux Vomica est le plus utilisé car il soutient le foie, principale voie d’élimination. A raison d’une dose en 9 CH le premier jour, une en 12 CH le deuxième, une en 15 CH le troisième, une en 30 CH le quatrième et le 18eme jour. Ce premier traitement homéopathique doit idéalement être associé à un autre porteur du médicament ou toxique en question.
Ca peut paraitre paradoxal, mais par exemple, en cas d’exposition à de l’érythromycine, il est indiqué de prendre cette substance en 9, 12, 15 et 30 CH. A noter que ces doses homéopathiques sont réalisées par le pharmacien sur commande, vous les aurez 2 à 3 j ours plus tard.
Ce protocole convient pour l’exposition à tout toxique, mais demandez conseil à un homéopathe quant à ce qui vous conviendrait le mieux pour éliminer ces résidus médicamenteux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *