Moyens de contraception, quelle Méthode choisir

LES MOYENS DE CONTRACEPTION

Il semble bien que le taux de fécondité est lié aux conditions économiques, Ainsi, dans les pays développés, comme la France, on se plaint de la baisse de la natalité ! C’est peut être dû au développement des moyens de contraception.


la contraception par Mamiedit

L’enfant désiré et la contraception

La naissance d’un enfant, si elle est désirée, est l’un des moments les plus enivrants, les plus enrichissants de la vie d’un couple. Chaque couple devrait être capable de démontrer son sens des responsabilités, en s’efforçant de concilier la venue au monde de son enfant avec les impératifs de la vie familiale.

Il est souhaitable, en effet, que l’enfant naisse au moment le plus opportun pour la santé de sa mère; que les conditions économiques et d’environnement des parents, soient telles que l’entretien et l’éducation du nouvel arrivé ne pose pas de problèmes insolubles.

En présence d’un tel comportement responsable de la part du couple, il nous semble erroné de parler de “limitation des naissances”. Le terme de “programmation des naissances” nous parait mieux convenir.

La venue au monde d’un enfant doit être voulue, désirée et surtout, être le produit, la merveilleuse récompense, de l’amour entre deux êtres psychologiquement mûrs.

On a mis longtemps à se rendre compte, qu’il est possible de procréer le nombre d’enfants que l’on désire, lorsqu’on le désire, sans jamais nuire à la plénitude de l’étreinte.

les moyens de contraceptions Féminines

Aujourd’hui, même l ‘Eglise catholique reconnait que la procréation n‘est pas la seule finalité de l‘acte sexuel, mais qu’elle est un facteur indispensable à l’harmonie, et à la consolidation du couple. Trop longtemps, le couple s’est culpabilisé, à dû freiner ses élans amoureux parce qu’ “amour” signifiait aussi “imprévisible”.

S’il est établi dans l‘absolu, que l’étreinte n’est pas seulement motivée par la procréation, mais aussi — et surtout — par l’amour, il reste encore, à sensibiliser le couple à la pratique de l’acte d’amour “dans la sécurité”. A quoi servirait, en effet, d’avoir détruit les tabous sexuels, d’avoir prôné la force libératrice que représente l’usage de sa propre sexualité, si les vieilles craintes devaient surgir à nouveau, avec la confusion, la frustration et la peur d’une grossesse non désirée?

A l‘heure actuelle, mettre un enfant au monde, est compris comme un acte d’amour volontaire, un choix fait par le couple. en pleine connaissance de ce à quoi il s’engage, et de ce qu’il peut attendre en échange.

Le problème de fond reste donc unique : que,

comment jouir des joies saines et nécessaires de la sexualité, tout en évitant les conceptions non voulues?

La réponse est simple: recourir aux moyens de contraception proposées par la science et qui peuvent être adoptées par l’homme ou par la femme.

Ces méthodes de contraception, nous allons les énumérer avec leur contexte médical, Nous fournirons des pourcentages sur leur degré de sécurité, en laissant toute appréciation morale à la conscience de chacun.

De toute façon, scientifiquement, légalement, aucune des méthodes contraceptives ne porte atteinte au droit à la vie car elles tendent seulement à empêcher la formation d’un nouvel être non désiré.

Les premiers ennemis de la contraception et, partant, de la procréation consciente, sont un manque d’information et la persistance de certains préjugés.

Ces préjugés constituent, en même temps, la cause et la conséquence de l’ignorance en matière sexuelle, Le désir sexuel et la volonté de procréer sont deux données bien distinctes. Par un choix délibéré du couple, elles peuvent tantôt coexister, tantôt être autonomes.

Lorsqu’un enfant a été désiré, lorsqu’il est le symbole de l’amour de deux êtres bien décidé à être heureux à trois, quatre voire plus, alors sa naissance, tout en restant une épreuve physique pour la mère, est l’un des moments les plus merveilleux, les plus enrichissants, de la vie d’un couple. Surtout s’il est assuré de son avenir.

Quels moyens de contraception ?

De tout temps, le couple a cherché à contrôler sa propre fécondité, sans pour autant renoncer au plaisir et à la nécessité des rapports sexuels.

Mais les moyens de contraception employés jusqu’à ces dernières décennies se révélaient très aléatoires. Maintenant, l’ancien rêve d’une procréation responsable est devenu réalisable, grâce à des moyens aussi faciles à appliquer qu’efficaces.

Les moyens anticonceptionnels permettent au couple d‘avoir des rapports sexuels sans qu‘il y ait danger de grossesse non désirée: mais en même temps. elles lui offrent la possibilité de concrétiser sa fécondité des qu‘il le veut. D’autres systèmes, comme l‘avortement et la stérilisation définitive. ne peuvent entrer dans la catégorie des moyens anticonceptionnelles. Dans le premier cas, la conception est déjà intervenue et, dans le second, la conception ne peut plus avoir lieu même si on le souhaite.

L‘abstinence totale ne peut non plus être définie comme une moyen anticonceptionnelle car l’impossibilité de la conception est bien trop évidente, en l’absence de rapports sexuels complète Et, à l’exception de cas particuliers, on ne saurait nier l’absurdité d’une telle attitude au sein du mariage.

Les moyens de contraceptions musculins les plus éfficaces

tout est résumé dans la vidéo suivante :

Les méthodes anticonceptionnelles d’usage courant se subdivisent en déférents groupes, selon les instruments utilisés ou leur mécanisme d’action. Sur la base de cette dernière, on peut distinguer trois groupes des moyens de contraception:

– les moyens de contraception qui s’opposent à la nidation de l’œuf au niveau de I ‘endomètre: stérilet, pilule du lendemain.

— moyens de contraception qui empêchent que les spermatozoïdes ne rejoignent l’œuf: Ogino Knaus et température basale, coit interrompu, diaphragme et préservatif, crèmes et ovules vaginaux, minipilule.

— moyens de contraception qui bloquent la maturation de l’œuf: pilule combinée ou séquentielle.

Une autre subdivision des moyens de contraception peut être la suivante:

— Variation dans la fréquence de l’acte sexuel: abstinence périodique ou méthode Ogino Knaus. Contrôle de l’ovulation grâce à la température basale.

— Modification du mécanisme de l’acte sexuel: coït interrompu, c est-à-dire retrait du pénis du vagin avant éjaculation.

— Utilisation de moyens chimiques: irrigations vaginales, crèmes, ovules et tablettes spermicides.

Utilisation de moyens mécaniques extra-utérins: préservatifs, diaphragmes vaginaux, capes cervicales.

— Utilisation de moyens mécaniques intra-utérins: DIU (dispositif intra-utérin) ou stérilet.

— Administration d’hormones: pilules, injections, minipilules.

Tous les contraceptifs n’offrent pas la même marge de sécurité. Et ne sont pas psychologiquement tolérés de la même manière par ceux qui en font usage.

D’autres encore présentent des contre-indications, dans des cas déterminés.

Des études ont établi cependant que souvent, les résistances dépendent de problèmes psychologiques très complexes, profonds et difficiles à surmonter, particulièrement chez la femme.

La solution ne peut se trouver que dans une éducation sexuelle appropriée et une acceptation sereine de sa propre sexualité.

En matière de contraception, il est toujours utile de suivre les conseils du médecin. Celui-ci recherche le moyen de contraception le mieux adapté à l’organisme de chacun et, en cas de rejet, en propose d’autres.

De toute façon, abstraction faite des implications personnelles et morales, toujours dignes de respect, c’est au couple de décider, en plein accord, du choix de la méthode à utiliser.

N’hésitez pas à visiter notre site régulièrement, pour plus d’nformations détaillées sur les moyens de contraception.

Références :

http://www.nhs.uk/Conditions/contraception-guide/Pages/contraception.aspx

http://www.advocatesforyouth.org/topics-issues/contraceptives/1278

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *