La toux chronique, persistante et sèche, le rhume et la grippe

By | mars 11, 2017

Les symptômes et les maladies les plus fréquents

Les symptômes

La toux

La toux peut être de courte durée, ou se manifester continuellement —elle est alors dite “chronique”. Elle signale habituellement que quelque chose ne va pas dans les voies respiratoires: infection, présence d’un corps étranger. Elle est aussi le Signe le plus évident d’une rougeole ou d’une coqueluche.

Plusieurs sortes de toux: sèche Sans expectoration, ou bien accompagnée de crachats; une toux marquée par des à-coups rapprochés.

ou bien par des accès isolés: une toux a timbre normal, ou bien une toux “hurlante”. Ce qu’il ne faut pas faire, c’est administrer à l’enfant un médicament quelconque, du genre “calmant pour la toux” ou sirop, sans avoir consulté un médecin.

II vaut mieux écouter de quelle manière se produit le symptome, et en informer précisément le pédiatre.

En général, si, pendant un certain laps de temps, l’enfant a le même type de toux, s’il ressent des difficultés à respirer, si les ailes du nez sont soumises à des mouvements exagérés, si l’espace entre les cotes se creuse trop, si la respiration crée des bruits inhabituels, si l’aspect général est inquiétant, tout cela indique qu’il est soumis à quelque chose de bien plus grave qu’une simple toux ou un refroidissement.

L’on pensera alors à une bronchopneumonie, mais il peut tout aussi bien s’agir d’une grippe…

En tout état de cause, la règle d’or reste la même: faire ‘appel au médecin.

Gonflement des ganglions lymphatiques

On croit souvent que le gonflement des ganglions lymphatiques annonce la naissance d’une grave maladie, du genre leucémie ou tumeur.

Mais des troubles tout à fait bénins sont parfois a l’origine de ce gonflement: amygdalite, inflammation du pharynx, infection de la peau et du cuir chevelu.

Sans doute, d’autres maladies dont nous avons déjà parlé, comme la tuberculose, la mononucléose, la brucellose, et d’autres maladies infectieuses, engendreront ce gonflement; même la rubéole… Mais, encore une fois, ce n’est pas une raison pour dramatiser.

Et, si l’on pense à la leucémie, il faut savoir qu’elle présente une quantité de symptomes qui peuvent se manifester brutalement, associés ou isolés, accompagnés d’une irrémédiable perte de poids et d’une grave prostration.

On utilise souvent le mot “lymphatisme”. à tort et à travers… Le lymphatisme est le gonflement des ganglions lymphatiques chez un enfant sujet à des phénomènes inflammatoires fréquents au niveau de la gorge, de l’oreille, des bronches et du nez.

Les enfants victimes de lymphatisme sont frêles et pales, et quelquefois obeses. Pour eux, la vie en milieu urbain, entourés de monde, ou bien dans une atmosphère humide ou simplement malsaine, ne peut qu’inciter à des infections qui se traduiront par le grossissement immédiat des ganglions.

Les soins destinés à lutter contre ces troubles consistent d’abord en l’administration de vitamines, et en un régime contenant beaucoup de protéines, sous forme de viande par exemple, de fruits et de légumes. Mais il faut aussi — et surtout — que l’enfant change de milieu, vive au soleil et à l’air pur. Bien entendu, bronchites et amygdalites fréquentes demandent l’intervention du médecin.

L’urine rouge

Lorsque l’on remarque que les urines d’un enfant sont rouges. On pense immanquablement à la présence de sang (hématurie). Mais ce phénomène peut avoir d’autres causes. Un enfant qui a mange des betteraves produira un “pipi” rouge; de même. si son sang contient de l’urate. De l’hémoglobine. ou s’il a été soumis à certains traitements médicamenteux.

Pour déterminer la présence réelle de sang dans les urines. il n’est que de se procurer un révélateur. Que l‘on achète en pharmacie. Alors, si le test ainsi effectué est positif. il vaut mieux faire appel au médecin.

Ce dernier déterminera la cause de l’hématurie: maladie du sang, des reins, de la vessie, de l’urètre; ou maladie générale entrainant des lésions au niveau des reins —- par exemple. un ‘’lupus sistemico’’ grave maladie qui provoquant la lésion d’un organe Important, en touche d’autres par contrecoups Chez un enfant plus grand

des douleurs du genre de celles provoquées par la colique peuvent orienter la recherche vers des calculs du rein; ces derniers, s’ils atteignent des tout petits, ne déclenchent que des souffrances abdominales diffuses qui, en fait, cachent leur véritable origine.

Parmi les causes d’hématurie, rappelons la néphrite aiguée. qui suit quelquefois une amygdalite avec streptocoques. Les symptomes en sont vomissement, mal de tête, douleurs abdominales; lèvres et jambes gonflent. les urines sont rouges.

D’autres Signes seront remarqués par le médecin lors de son examen. La néphrite aigué entraine certains troubles secondaires: diminution, Voire arrêt de l’émission d’urine. Grave manifestation Liées à une forte tension artérielle, dans cette maladie dans 75% à 95% des cas l’évolution est favorable le bébé perd le poids qu’il a acquis en cours de sa maladie ses urines redeviennent claires et abondantes  Son taux de protéine à diminuer. Le traitement de ces troubles comporte notamment le repos au lit. un régime particulier, et l’administration d’antibiotiques toutefois les formes de lésions rénales ne peuvent pas toujours être aussi facilement soignés et oubliés une néphrite se prolonge parfois au long de plusieurs années ; il en existe des formes mortelles qui créent de grave pertes de protéines d’autres qui causent une insuffisance rénales définitive. Ces formes sont découvertes suite d’un prélèvement d’une partie de rein.

L’enfant qui n’urine pas

Parfois, l’enfant ne produit pas d’urine. C’est ce que l’on nomme anurie. Ce phénomène peut être dû à des facteurs mécaniques, qui empêchent l’urine de s’écouler, ou à des causes physiologiques qui interdisent la formation de l’urine (formes sécrétoires).

Dans la première hypothèse, on remarquera la présence de calculs qui obstruent les uretères, de malformations des voies urinaires, ou de tumeurs qui compriment ces mêmes uretéres.

Le deuxième cas suppose des maladies du rein, ou d’autres maladies générales, à déterminer. Les néphropathies déclenchent des anuries qui touchent le glomérule (vaisseaux qui, à l’intérieur du rein, servent à épurer le sang des substances nocives qu’il charrie).

Les anuries dues à des causes mécaniques sont signalées par l’incapacité d’uriner, bien évidemment; mais aussi par des brûlures au moment de la miction; s’il y a des calculs dans les uretères, les symptomes seront accentués, avec des douleurs très sensibles et, éventuellement, la présence de sang dans les urines; et, parfois, une infection des voies urinaires, Cela peut être en outre accompagné de vomissements. .

Les symptomes d’une anurie sécrétoire sont plus complexes. ils sont liés au fait que le sang n’est pas épuré par le rein, et que s’y accumulent ainsi les déchets azotés.

les causes habituelles d’anurie chez les petits enfants — moins de quatre ans  sont les néphropathies vasculaires et les insuffisances rénales fonctionnelles.

Le traitement dépend de la maladie en question Rappelons toutefois aux parents que les vomissements, la diarrhée, une transpiration excessive ou la production d’une grande quantité d’urine, peuvent entrainer une déshydratation qui débouchera sur une insuffisance et la gravité des déshydratations du ‘nouveau-né dépendent de l’importance de ses besoins en eaux et de la précarité de ses moyens de défense. inférieurs à ceux des adultes. par rapport a ses pertes en liquide.

Les maladies

La grippe

Que ce soit une maladie infectieuse virale. tout le monde est d‘accord. Le problème. c’est que l‘on ne sait pas toujours de quel virus il s’agit…

La contagion survient par la toux et par la respiration. La période d‘incubation est courte: quelques heures. quelques Jours au maximum.

Les symptomes de la grippe

sont bien connus: irisons, maux de tête, douleurs musculaires et articulaires, fièvre, toux sèche, fatigue généralisée. Dans les jours qui suivent le déclenchement de la maladie, on observera peut-être une infection microbienne, du type otite ou bronchite, ou des symptomes intestinaux comme la diarrhée ou les vomissements.

La grippe disparait au bout de quelques jours, et l’enfant se remet peu à peu. Cependant, il ne faut pas sous-estimer les dangers de cette maladie qui, parfois, est mortelle…

0n soigne surtout les symptomes: repos au lit, vitamines, médicaments anti fièvre.

Les amygdalites

Les amygdales sont susceptibles de tomber seules malades, ou de participer à une infection généralisée des voies respiratoires.

Quelle que soit la situation, l’amygdalite se manifeste par le rougissement et le grossissement de ces organes lymphatiques. par une douleur lors de la déglutition, parfois par une fièvre élevée accompagnée de vomissements. Chez le bébé, tout cela est accompagné de douleurs abdominales qui évoquent une appendicite. De nombreuses maladies peuvent être à l’origine de l’inflammation des amygdales.

Nous l’avons déjà indiqué, il en existe une sorte caractérisée par la présence des streptocoques; si elle est soignée, mal, ou trop tard, elle risque d’entrainer, en peu de temps, un rhumatisme articulaire aigu et une forme de néphrite.

D’autres complications ne sont pas à négliger: mastoïdite, otite, méningite. Quand une amygdalite a été déclenchée par un virus, il n’existe pas de médicament spécifique: sont alors de règle l’aspirine, les vitamines, les gargarismes. Et l’on, évite soigneusement les antibiotiques, qui pourraient être dangereux.

Quand elle a été causée par des Streptocoques, il est au contraire impératif d’avoir recours aux antibiotiques, selon un traitement que le petit malade suivra même après la disparition des symptômes, pendant quelques jours. Même si cette “streptococcie” se guérit généralement bien, certains enfants seront atteints de maladies secondaires, que nous avons déjà évoquées.(dans un autre article précédent )

Le rhume

“Atchoum”! Cette manifestation bruyante, qui fait souvent sourire, est la preuve qu’un virus est par la. il a été transmis par une personne déjà malade. Sans doute le rhume n’est pas bien grave, mais il doit être soigné. Car il risque de s’étendre à la gorge, se rendant ainsi responsable d’une pharyngite, ou à l’oreille, et ce sera une otite.

Les médecins ne connaissent pas de remède spécifique contre le rhume. Leurs prescriptions comportent donc essentiellement des vitamines et des médicaments contre la fièvre, aspirine par exemple. SI le bébé est vraiment tout petit il faudra faire appel à un spécialiste. D’autant Plus qu’il ne peut supporter les médicaments traditionnels contre la grippe, ni même l’aspirine.

Les complications du rhume

Le rhumatisme articulaire aigu

Le nouveau-né et l’enfant de moins de deux ans sont rarement atteints de rhumatisme articulaire ; cette maladie par contre se fait plus fréquente jusqu’à dix ans puis, ultérieurement, son taux diminue.

Les streptocoques en sont responsables; les ravages de ces germes d’ailleurs ne s’arrêtent pas là: on leur impute aussi des amygdalites, des pharyngites, des scarlatines.

C’est par un prélèvement de la salive et du mucus qui recouvrent l’amygdale que le médecin déterminera la présence des streptocoques.

Une atmosphère humide ou malsaine, ou encore trop froide, Peut être cause d’une infection qui Se transformera en rhumatisme articulaire.

Cette maladie est marqué par les symptômes habituels, c’est-à-dire par un état de grande fatigue générale, accompagné Par, de la fièvre, des altérations cutanée, des douleurs, souvent légères et transitoires, an niveau des articulations (genou et poignet); et surtout, par des troubles cardiaques qui, s’ils ne sont pas convenablement soignés, risquent de s’aggraver et d’aller jusqu’à la suppression des valvules qui mettent en communication les différentes parties du cœur.

Une notion est intéressante à connaitre, celle de “titre anti-streptocoque » C’est la quantité d’anticorps fabriqués par l’organisme contre le germe, le médecin une fois établie la présence d’une infection due au streptocoque vérifiera systématiquement ce ‘’titre’’ et prendra les mesures nécessaires pour empêcher que se développe un rhumatisme articulaire. Il s’agit là de plusieurs mois d’observation…mais cela en vaut la peine, car la maladie est grave et doit être prévenue, D’ailleurs si l’on a pu l’éviter. Le traitement sera suivi longtemps après sa disparition, des symptômes de manière à éviter des rechutes voire des lésions irréversibles qui provoquerait une intervention chirurgicales.

Digiprove sealCopyright secured by Digiprove © 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *